F.A.Q - Infos pratiques

Patients

Faut-il prendre rendez-vous pour se faire prélever ?


Pour un prélèvement dans notre laboratoire à la rue de Lausanne 36, vous n'avez pas besoin de prendre un rendez-vous. ( nos horaires ) Vous devez prendre rendez-vous uniquement pour les bilans PIMS, et les prises de sang à domicile. Nous conseillons de prendre rendez-vous pour le test respiratoire. Vous pouvez prendre votre rendez-vous en ligne en cliquant ICI




Comment recevoir mes résultats ?


En général vous pouvez demander une copie de vos résultats, cependant pour certaines analyses, nous rendons les résultats exclusivement au médecin prescripteur. Nous ne rendons pas de résultats par téléphone.




Peut-on faire des analyses anonymement ?


Oui, vous pouvez faire des analyses anonymement. pour plus d'information veuillez nous contacter





Facturation

La laboratoire peut-il envoyer la facture directement à l'assurance ?


Oui, le plus souvent, le laboratoire envoie votre facture directement à votre assurance. Si vous désirez recevoir la facture à votre domicile, veuillez contacter le laboratoire.




Quels sont les moyens de payer mes analyses.


Il y a différentes possibilités : Vous pouvez recevoir une facture de la caisse des médecins, et payer votre facture à l'aide de bulletin de versement. lien Vous pouvez demander de recevoir votre facture par mail (sans le décompte assurance) et payer par carte bancaire ou Paypal. lien Vous pouvez régler votre facture au laboratoire uniquement en argent liquide. Vous pouvez commander et acheter votre bilan PIMS et payer par carte de crédit sur notre site. Les patients français peuvent payer par chèque.




Comment payer avec Paypal sans créer de compte Paypal


Pour visionner une vidéo d'aide pour payer avec Paypal sans créer de compte Paypal cliquez ICI




J'ai besoin d'aide pour  payer la facture reçue par mail





J'ai fait un achat sur internet, je ne trouve pas ma facture


Immédiatement après votre achat sur internet, vous recevez une confirmation dans votre boite mail. (merci pour votre achat) Dans cet email, il y a un lien nommé "voir la facture" En cliquant sur le lien, votre facture s'ouvre dans le navigateur. Vous pouvez enregistrer le PDF ou imprimer la facture. Nous vous conseillons de vérifier votre dossier "courrier indésirable" dans votre messagerie.





Vidéos

Connaître la provenance et la destination des trois types de cellules présentes dans le sang : les globules rouges, les globules blancs et les plaquettes. (Vidéo)


Source : The Leukemia & Lymphoma Society of Canada




Informations générales sur le sang / Émission TV France3 " C'est pas sorcier " - Sang pour sang (Vidéo)






Pathologie

Dépistage du cancer du col de l'utérus. Qui ? Quand ?


Le cancer du col de l’utérus est aujourd’hui la 17e cause de décès par cancer chez les femmes en Suisse. Pourtant c'est un cancer évitable, grâce au dépistage précoce par frottis du col de l’utérus. En moyenne, 230 femmes développent un cancer du col de l’utérus chaque année en Suisse (25 à 30 à Genève), essentiellement des femmes qui ne participent pas au dépistage. Le dépistage se fait à l'aide d'un frottis chez votre gynécologue. La fréquence des prélèvements dépendra des circonstances de vie de la patiente et des résultats de prélèvements antérieurs. Votre gynécologue vous donnera tous les renseignements nécessaires.

La lecture des frottis permet de les classer selon la classification de Bethesda :

Normaux :

ABSENCE DE LESION INTRA EPITHELIALE. PAS DE MALIGNITE

Présentant des anomalies :

DES CELLULES MALPIGHIENNES : ASCUS US ; ASCUS H ; LSIL ; HSIL ; CANCER

(Attention LSIL ne signifie donc pas cancer !!!)

DES CELLULES GLANDULAIRES : PRESENCE DE CELLULES ENDOMETRIALES ; AGC (atypies des cellules glandulaires endocervicales ou endométriales) ; ADENOCARCINOME (in situ)

A chaque type de la classification Bethesda une stratégie thérapique est mise en place : Test HPV / CINtec+ / COLPOSCOPIE- BIOPSIES CONISATION

Le test HPV par PCR permet de mettre en évidence la présence du virus et le sous type exact incriminé

Plus d'informations : Cancer du col de l’utérus ( Ligue contre le cancer Suisse ) et ( HUG - Hôpitaux Universitaires de Genève )





Biologie

J'ai une prescription pour un bilan PIMS par PCR (Borréliose de Lyme)


Nous fournissons des kits pour des patients ayant une prescription d'un médecin Suisse pour un bilan PIMS PCR (Borréliose de Lyme). Nous avons dédié une page afin de vous guider au mieux dans votre démarche. Cliquez ici Les patients sans assurance santé Suisse peuvent commander et payer un kit PIMS sur notre site sans prescription médicale. lien





Bilans dentaire

Pourquoi doser la flore totale ?


La présence d’une flore > 10 E+08 bactéries dans une poche parodontale indique une flore déséquilibrée. L’absence de réduction de cette flore suite au traitement au fauteuil indique une faible efficacité du traitement et le besoin de consolider le diagnostic et le protocole de traitement.




Quelles sont les bactéries entrainant le plus rapidement une perte osseuse ?


Aggregatibacter actinomycetemcomitans et Porphyromonas gingivalis




Pourquoi A.a doit-il être associé à un important traitement mécanique/chirurgical avec lambeau ?


Aggregatibacter actinomycetemcomitans est une bactérie intracellulaire qui peut survivre en présence d’oxygène après chirurgie.




Pourquoi Candida albicans peut-il être dangereux ?


Suite au traitement antibiotique entrainant une réduction bactérienne et donc une compétition limitée, Candida albicans peut se développer et coloniser le sulcus.




Quelle est l’unité utilisée pour la charge bactérienne ?


10 000 = 10puissance4 = 1E+04 = 10 000 bactéries dans le sulcus testé.




Qu’est-ce que la PCR ?


  • La PCR est l’amplification d’une séquence spécifique de l’ADN (Polymerase Chain Reaction)
  • Chaque séquence amplifiée est spécifique d’un type bactérien.
  • La réalisation d’une PCR prend environ 6 heures (préparation, extraction des ADN et amplification).




Quand faut-il réaliser une seconde analyse ?


  • PCR PERIO-ANALYSE ® : avant la décision d’antibiothérapie et 3 mois après le premier le traitement antibiotique.




Quelles sont les recommandations antibiotiques ?


  • Aggregatibacter actinomycetemcomitans seul ou avec le complexe rouge= tétracyclines
  • Complexe rouge>seuil de pathogénicité = pénicillines
  • Complexe rouge + P.i>seuil de pathogénicité ou P.i seul = métronidazole.




Puis-je utiliser des probiotiques ou réduire les facteurs d’inflammation ?


  • Oui après un traitement parodontal, les probiotiques assurent une compétition microbienne et réduisent ainsi le risque d’une nouvelle infection.
  • CLINIDENT PERIO-CHEM® est une solution hypertonique visqueuse et osmotique brevetée à base de plantes permettant de réduire les facteurs d’inflammation (MMPs) évalués par le test MASTER Test




Combien de pointes de papier faut-il utiliser ?


Au minimum 2 par site et jusqu’à 10 pointes de papier pour une analyse multi-sites (multi-sites uniquement pour les tests PCR).




Combien de temps l’ADN est-il stable sur les pointes de papier à température ambiante ?


Plus de 2 semaines.




Combien de temps les cellules sont-elles stables dans le milieu de transport ?


Plus de 2 semaines.





COVID-19

Qu’est-ce qu’un coronavirus ?


Les coronavirus forment une vaste famille de virus qui peuvent être pathogènes chez l’homme et chez l’animal. On sait que, chez l’être humain, plusieurs coronavirus peuvent entraîner des infections respiratoires dont les manifestations vont du simple rhume à des maladies plus graves comme le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) et le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS). Le dernier coronavirus qui a été découvert est responsable de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19).




Qu’est-ce que la COVID-19 ?


La COVID-19 est la maladie infectieuse causée par le dernier coronavirus qui a été découvert. Ce nouveau virus et cette maladie étaient inconnus avant l’apparition de la flambée à Wuhan (Chine) en décembre 2019.




Quels sont les symptômes de la COVID-19 ?


Les symptômes les plus courants de la COVID-19 sont la fièvre, la fatigue et une toux sèche. Certains patients présentent des douleurs, une congestion nasale, un écoulement nasal, des maux de gorge ou une diarrhée. Ces symptômes sont généralement bénins et apparaissent de manière progressive. Certaines personnes, bien qu’infectées, ne présentent aucun symptôme et se sentent bien. La plupart (environ 80 %) des personnes guérissent sans avoir besoin de traitement particulier. Environ une personne sur six contractant la maladie présente des symptômes plus graves, notamment une dyspnée. Les personnes âgées et celles qui ont d’autres problèmes de santé (hypertension artérielle, problèmes cardiaques ou diabète) ont plus de risques de présenter des symptômes graves. Toute personne qui a de la fièvre, qui tousse et qui a des difficultés à respirer doit consulter un médecin.




Comment la COVID-19 se propage-t-elle ?


La COVID-19 est transmise par des personnes porteuses du virus. La maladie peut se transmettre d’une personne à l’autre par le biais de gouttelettes respiratoires expulsées par le nez ou par la bouche lorsqu’une personne tousse ou éternue. Ces gouttelettes peuvent se retrouver sur des objets ou des surfaces autour de la personne en question. On peut alors contracter la COVID-19 si on touche ces objets ou ces surfaces et si on se touche ensuite les yeux, le nez ou la bouche. Il est également possible de contracter la COVID-19 en inhalant des gouttelettes d’une personne malade qui vient de tousser ou d’éternuer. C’est pourquoi il est important de se tenir à plus d’un mètre d’une personne malade.

L’OMS examine les travaux de recherche en cours sur la manière dont la COVID-19 se propage et elle continuera à communiquer les résultats actualisés.




Le virus responsable de la COVID-19 est-il transmissible par voie aérienne ?


Les études menées à ce jour semblent indiquer que le virus responsable de la COVID-19 est principalement transmissible par contact avec des gouttelettes respiratoires, plutôt que par voie aérienne. Voir la réponse à la question précédente, « Comment le COVID-19 se propage-t-elle ? »




Peut-on contracter la COVID-19 au contact d’une personne qui ne présente aucun symptôme ?


La maladie se propage principalement par les gouttelettes respiratoires expulsées par les personnes qui toussent. Le risque de contracter la COVID-19 au contact d’une personne qui ne présente aucun symptôme est très faible. Cependant, beaucoup de personnes atteintes ne présentent que des symptômes discrets. C’est particulièrement vrai aux premiers stades de la maladie. Il est donc possible de contracter la COVID-19 au contact d’une personne qui n’a, par exemple, qu’une toux légère mais qui ne se sent pas malade. L’OMS examine les travaux de recherche en cours sur le délai de transmission de la COVID-19 et elle continuera à communiquer des résultats actualisés.




Comment puis-je me protéger et éviter que la maladie ne se propage ?


Tenez-vous au courant des dernières informations sur la flambée de COVID-19, disponibles sur le site Web de l’OMS et auprès des autorités de santé publique nationales et locales. Des cas de COVID-19 se sont produits dans de nombreux pays et plusieurs pays ont été touchés par des flambées. En Chine et dans certains autres pays, les autorités sont parvenues à ralentir ou à enrayer la progression de la flambée. Toutefois, l’évolution de la situation est imprévisible et vous devez donc vous tenir régulièrement informé.

Vous pouvez réduire le risque d’être infecté ou de propager la COVID-19 en prenant quelques précautions simples :

  • Se laver fréquemment et soigneusement les mains avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon.
  • Maintenir une distance d’au moins un mètre avec les autres personnes qui toussent ou qui éternuent.
  • Éviter de se toucher les yeux, le nez et la bouche.
  • Veillez à respecter les règles d’hygiène respiratoire et à ce que les personnes autour de vous en fassent autant. En cas de toux ou d’éternuement, il faut se couvrir la bouche et le nez avec le pli du coude, ou avec un mouchoir et jeter le mouchoir immédiatement après.
  • Si vous ne vous sentez pas bien, restez chez vous. En cas de fièvre, de toux et de dyspnée, consultez un médecin après l’avoir appelé. Suivez les instructions des autorités sanitaires locales.
  • Informez-vous constamment pour savoir quelles sont les villes ou les zones où la COVID-19 se propage à grande échelle. Si possible, évitez de voyager, en particulier si vous êtes âgé ou diabétique ou si vous avez une maladie cardiaque ou pulmonaire.




Quelle est la probabilité de contracter la COVID-19 ?


Le risque dépend de l’endroit où vous habitez et, plus précisément, de la présence ou non d’une flambée.

Pour la plupart des gens, à la plupart des endroits, le risque de contracter la COVID-19 reste faible. Cependant, la propagation s’intensifie désormais dans certaines villes ou régions. Pour les personnes qui y habitent ou s’y rendent, le risque de contracter la COVID-19 est plus élevé. Les gouvernements et les autorités sanitaires prennent des mesures énergiques chaque fois qu’un nouveau cas de COVID-19 est identifié. Respectez les restrictions locales aux voyages, aux déplacements ou aux grands rassemblements. En participant à ces efforts de lutte contre la maladie, vous réduisez le risque de contracter ou de propager la COVID-19.

Les flambées de COVID-19 peuvent être endiguées et la transmission peut être enrayée, comme on l’a vu en Chine et dans certains autres pays. Malheureusement, de nouvelles flambées apparaissent rapidement. Il est important de connaître la situation là où vous êtes ou là où vous comptez aller. L’OMS publie quotidiennement des bulletins de situation. Vous pouvez les consulter à l’adresse https://www.who.int/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/situation-reports/.




La COVID-19 doit-elle m’inquiéter ?


La COVID-19 est généralement bénigne, en particulier chez l’enfant et le jeune adulte, mais elle peut aussi être grave : 1 malade sur 5 doit être hospitalisé. Il est donc tout à fait normal de s’inquiéter des conséquences de la flambée de COVID-19 pour soi-même et pour ses proches.

Il est possible d’apaiser son inquiétude en prenant des mesures pour se protéger et protéger ses proches et son entourage. Tout d’abord, il faut se laver régulièrement et soigneusement les mains et respecter les règles d’hygiène respiratoire. Deuxièmement, il faut se tenir au courant de la situation et suivre les conseils des autorités sanitaires locales, notamment en ce qui concerne les restrictions aux voyages, aux déplacements et aux rassemblements. Pour plus d’informations sur les moyens de se protéger, consulter : https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/advice-for-public.




Qui risque d’être atteint d’une forme grave de la maladie ?


Même si nous devons encore approfondir nos connaissances sur la façon dont la COVID-19 affecte les individus, jusqu’à présent, les personnes âgées et les personnes déjà atteintes d’autres maladies (comme l’hypertension artérielle, les maladies pulmonaires, le cancer, le diabète ou les cardiopathies) semblent être gravement atteintes plus souvent que les autres.




La COVID-19 est-elle la même maladie que le SRAS?


Non, le virus responsable de la COVID-19 et celui à l’origine du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) sont génétiquement liés mais ils sont différents. Le SRAS est plus mortel mais beaucoup moins infectieux que la COVID-19. Il n’y a pas eu de flambée de SRAS dans le monde depuis 2003.




Dois-je porter un masque pour me protéger ?


Il ne faut porter un masque que si on présente des symptômes de la COVID-19 (en particulier, la toux) ou si on s’occupe de quelqu’un susceptible d’être atteint de la maladie. Les masques jetables sont à usage unique. Si vous portez un masque alors que vous n’êtes pas malade ou que vous ne vous occupez pas de quelqu’un qui est malade, c’est du gaspillage. Comme il y a une pénurie mondiale de masques, l’OMS conseille de les utiliser avec parcimonie.

L’OMS recommande de faire un usage rationnel des masques médicaux afin d’éviter le gaspillage de ressources précieuses et l’utilisation abusive (voir Conseils relatifs au port du masque).

La meilleure façon de se protéger et de protéger les autres contre la COVID-19 est de se laver fréquemment les mains, de se couvrir la bouche avec le pli du coude ou avec un mouchoir et de se tenir à une distance d’au moins un mètre de toute personne qui tousse ou qui éternue. Pour plus d’informations, consulter les mesures de protection de base contre le nouveau coronavirus.




Combien de temps dure la période d’incubation de la COVID-19 ?


La période d’incubation est le temps qui s’écoule entre l’infection et l’apparition des symptômes de la maladie. On estime actuellement que la période d’incubation de la COIVD-19 dure de 1 à 14 jours et le plus souvent autour de cinq jours. Ces estimations seront actualisées à mesure que de nouvelles données seront disponibles




D'où viennent les réponses de la F.A.Q COVID-19 ?


Source : OMS https://www.who.int/csr/disease/coronavirus_infections/faq_19Nov2013/fr

18.03.2020




Diverses foire aux questions Coronavirus


Foire aux questions des Hôpitaux Universitaires Genève (HUG)





Utiliser la recherche